Les cliniciens devraient être plus ouverts aux nouvelles technologies bénéficiant aux patients, déclare l’inventeur du traitement de l’AVC recoveriX BCI

Media

De nombreuses nouvelles avancées dans la science médicale sont dévoilées chaque année, mais la pratique clinique réelle sur le terrain peut être assez lente à adopter ces nouvelles technologies. En effet, les praticiens cliniques, tels que les médecins, les infirmières, les physiothérapeutes et les ergothérapeutes, ont tendance à s’en tenir à ce sur quoi ils ont été formés. Ces modes de traitement antérieurs ont déjà fait leurs preuves, et la plupart des cliniciens ne voient pas la nécessité de s’écarter des normes établies.

Lire l’article original dans les actualités MSN

Christian Kunz, un médecin autrichien, en est un exemple. Il a développé un vaccin contre le virus responsable de l’encéphalite à tiques (ETC), qui peut être mortelle. Bien que le vaccin ait été approuvé par les autorités, il a fallu 20 ans pour qu’il soit accepté comme traitement standard. Entre-temps, il a voyagé à travers l’Autriche, fournissant le vaccin aux agriculteurs et aux travailleurs forestiers, minimisant ainsi les infections et les décès.

Aujourd’hui, de nombreux praticiens hésitent à exploiter quelques technologies: l’électroencéphalogramme (EEG) et la technologie d’interface cerveau-ordinateur (BCI) associée. Selon le Dr Christoph Guger, co-fondateur et PDG de g.tec Medical Engineering GmbH et pionnier du BCI, les EEG étaient auparavant difficiles à utiliser et nécessitaient un neurologue pour lire les résultats. Cependant, grâce aux progrès de l’IA et de l’apprentissage automatique, un neurologue n’est plus nécessaire, ce qui facilite l’intégration de l’EEG et du BCI dans le domaine médical.

L’une des principales applications de l’EEG et du BCI est le traitement recoveriX , développé par g.tec Medical Engineering, dont il a été démontré qu’il facilite le rétablissement des patients atteints d’accident vasculaire cérébral et de sclérose en plaques . La technologie, disponible dans plus d’une douzaine de pays sur plusieurs continents, implique que le patient soit assis devant un ordinateur et porte un casque EEG qui lit ses ondes cérébrales. Le moniteur sert de guide de mouvement pour leurs membres, et les électrodes connectées à leurs membres fournissent une stimulation électrique aux muscles, provoquant une dorsiflexion des articulations.

Les patients qui ont subi des traitements recoveriX répétés ont pu obtenir de meilleurs résultats au test à neuf trous, une mesure de la dextérité manuelle fine qui aide à déterminer si l’état d’un patient victime d’un accident vasculaire cérébral ou de SEP s’améliore. Ces patients ont également montré des améliorations dans leur concentration, leurs performances physiques, leur cognition, leur mémoire, leur fatigue et leur contrôle de la vessie, ce qui se traduit par une meilleure qualité de vie.

Malgré ces résultats prometteurs, Guger identifie plusieurs obstacles à l’adoption généralisée de traitements tels que recoveriX . Il s’agit notamment de la plupart des cliniques et centres de réadaptation disposant déjà d’un menu complet de services, ce qui rend difficile l’intégration de recoveriX dans leurs opérations.

De nos jours, grâce à Internet et aux réseaux sociaux, les patients disposent désormais de davantage de connaissances et ont plus de contrôle sur leur santé et leur rétablissement. g.tec a publié des vidéos de patients avant et après avoir reçu le traitement recoveriX , montrant des améliorations significatives de leur état.

Guger recommande aux patients qui souhaitent utiliser recoveriX de s’adresser à leur thérapeute ou à leur centre de rééducation et de leur demander de porter recoveriX , ce qui indiquera qu’il existe une demande existante pour ce traitement innovant. Guger ajoute que recoveriX ne nécessite pas beaucoup d’espace, de formation et de main d’œuvre. Dans une seule pièce, jusqu’à quatre patients peuvent recevoir des traitements recoveriX , avec un seul thérapeute pour les gérer. La formation des thérapeutes à l’utilisation de recoveriX ne prend également que quelques jours, ce qui permet un déploiement rapide.

À l’heure actuelle , tous les systèmes nationaux d’assurance maladie ne couvrent pas recoveriX . Malgré cela, un nombre croissant de patients sont prêts à payer de leur poche, car ils sont convaincus de son efficacité. Plusieurs patients se sont même rendus en Autriche par avion depuis d’autres pays pour subir un recoveriX . Guger dit qu’il s’agit d’une tendance croissante en Europe, où, malgré l’universalité des soins de santé, les patients paient pour des médicaments et des traitements qui ne sont pas couverts parce que les autorités ne sont pas en mesure de se tenir au courant des derniers développements.

«La technologie BCI s’est révélée extrêmement prometteuse en aidant à améliorer la condition des personnes atteintes de maladies neurologiques, telles que les accidents vasculaires cérébraux et la SEP», déclare Guger. « La technologie et l’innovation évoluent à un rythme très rapide, mais les cliniciens et les assureurs sont parfois incapables de suivre le rythme. Les patients d’aujourd’hui sont désormais mieux en mesure de se renseigner sur leurs problèmes de santé et peuvent demander à leurs prestataires s’ils peuvent proposer des traitements tels que recoveriX , qui s’est avéré sûr et efficace.

Dans le cadre de la mission de g.tec visant à promouvoir la technologie BCI, l’entreprise organise une école de printemps de 10 jours sur l’interface cerveau-ordinateur et les neurotechnologies, qui se tiendra du 22 avril au 1er mai 2024. Elle offrira un total de 140 heures de formation. sur le BCI et la neurotechnologie, avec une journée consacrée à recoveriX et à la manière dont les patients y réagissent, ainsi qu’à la manière dont il est intégré dans les routines cliniques.

Lire l’article original dans les actualités MSN