Le traitement recoveriX, basé sur la neurotechnologie, constitue une alternative plus sûre aux médicaments pour les patients victimes d’un accident vasculaire cérébral ou d’une sclérose en plaques

Media

Jan 18, 2024 12:10 PM Par Jon Stojan

Le nombre de personnes souffrant d’affections neurologiques telles que les accidents vasculaires cérébraux et la sclérose en plaques (SEP) augmentant chaque année, la sensibilisation à ces affections et à la manière de les traiter ou de les prendre en charge est devenue plus importante. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le risque de développer un accident vasculaire cérébral au cours d’une vie a augmenté de 50 % au cours des 17 dernières années, et environ une personne sur quatre devrait en être victime au cours de sa vie. Par ailleurs, près de 3 millions de personnes sont atteintes de sclérose en plaques dans le monde.

Read the original article in Medical Daily

Les patients victimes d’un accident vasculaire cérébral ou d’une sclérose en plaques voient souvent leur qualité de vie diminuer en raison d’une limitation des mouvements et d’une spasticité musculaire, en particulier au niveau des membres. La plupart des médicaments administrés aux patients sont incapables de restaurer les fonctions corporelles affectées. Ils ne peuvent que prévenir la détérioration de l’état du patient ou, dans le cas de la sclérose en plaques, en ralentir le déclin. Les médicaments antispastiques oraux ont souvent des effets limités et peuvent induire des effets secondaires tels que faiblesse, confusion et vertiges. Chez certains patients, de petites doses de toxine botulique (botox) sont injectées dans les muscles pour soulager la spasticité. Ce traitement n’est efficace que pendant 12 semaines environ, avant de devoir être répété, ce qui peut être à la fois coûteux et risqué.

Contrairement à la plupart des médicaments contre les accidents vasculaires cérébraux et la sclérose en plaques disponibles sur le marché, recoveriX, un traitement de neuroréadaptation par interface cerveau-ordinateur, s’est avéré utile pour la réadaptation des patients atteints d’accidents vasculaires cérébraux et de sclérose en plaques. Développé par la société autrichienne g.tec medical engineering, recoveriX stimule électriquement les membres des patients, les aidant ainsi à retrouver leurs fonctions après avoir été affectés par des troubles neurologiques. Le patient est assis devant un ordinateur et porte un casque EEG qui lit ses ondes cérébrales. Le moniteur sert de guide de mouvement pour ses membres et les électrodes connectées à ses membres fournissent une stimulation électrique aux muscles, provoquant une dorsiflexion des articulations. Chaque séance de thérapie dure environ une heure. Un bloc de traitement recoveriX comprend 25 séances, idéalement trois fois par semaine.

Il a été démontré que l’utilisation répétée de recoveriX aide les patients à retrouver l’usage de leurs membres, avec une réduction de la spasticité et une amélioration des capacités motrices. Par exemple, cela peut être démontré par une meilleure performance au test de la cheville à neuf trous, une mesure de la dextérité manuelle fine. Les patients ont également amélioré leur concentration, leurs performances physiques, leur cognition, leur mémoire et leur contrôle de la vessie. Ces améliorations contribuent à une meilleure qualité de vie et permettent aux patients de faire la plupart des activités qu’ils ne pouvaient pas faire après avoir subi un accident vasculaire cérébral ou une sclérose en plaques.

Selon le cofondateur et PDG de g.tec, le Dr Christoph Guger, recoveriX, qui repose sur la stimulation visuelle et électro-musculaire, a de multiples effets positifs sans effets secondaires négatifs significatifs. Il ajoute qu’en ce qui concerne les études cliniques sur les médicaments, il faut des milliers de patients pour prouver que le médicament a un certain effet. Le fait que l’essai clinique implique des tests sur un grand nombre de personnes ne signifie pas que le médicament est idéal pour un patient individuel.

En outre, pour la sclérose en plaques, il existe environ 20 médicaments différents qui peuvent être utilisés, en fonction du patient et du type de sclérose en plaques. Après un an de prise d’un certain médicament, le patient est évalué pour savoir s’il est efficace. Si le médicament n’est pas le bon pour le patient, il y a un risque qu’il aggrave la situation, dit Guger.

Malgré l’impact positif considérable des nouveaux traitements basés sur la technologie, tels que le recoveriX, M. Guger note que les médecins hésitent parfois à les prescrire. Certaines compagnies d’assurance n’ont pas encore pris en charge ces traitements. Selon M. Guger, cela s’explique par le fait que de nombreux médecins ont été formés uniquement aux médicaments et que la technologie recoveriX n’existait pas encore lorsqu’ils étaient à l’école de médecine. Cependant, avec le temps, il pense que davantage de professionnels de la santé verront les avantages de recoveriX et l’associeront à leurs médicaments et à leurs régimes de traitement. En outre, les compagnies d’assurance commenceront à couvrir les séances de recoveriX une fois qu’elles auront pris connaissance des données prouvant son efficacité et la réduction des coûts de remboursement des assurances.

Aujourd’hui, recoveriX est disponible dans de nombreux pays d’Europe, d’Asie-Pacifique, d’Amérique du Nord et d’Afrique, et g.tec utilise un système de franchise unique pour permettre la diffusion rapide de la technologie. M. Guger se bat pour que davantage de personnes souffrant d’un accident vasculaire cérébral, d’une sclérose en plaques ou d’autres affections neurologiques puissent avoir accès à recoveriX et constater par elles-mêmes ses effets positifs, et pour que d’autres personnes qui en ont besoin puissent en bénéficier.

Read the original article in Medical Daily