Amélioration spectaculaire après une absence de succès lors des 17 premières séances

Interviews Succès du patient

La thérapie par AVC recoveriX a entraîné des améliorations fonctionnelles rapides après avoir éliminé la spasticité au cours des 17 premières séances chez un patient victime d’un AVC chronique. Dans cette interview, Christoph Guger explique les résultats impressionnants d’un patient, M. Brandstetter, qui s’est amélioré de façon spectaculaire et rapide, alors qu’il n’avait constaté aucune amélioration fonctionnelle au cours des 17 premières séances de recoveriX.

Vous êtes actuellement en train de consulter le contenu d’un espace réservé de Youtube. Pour accéder au contenu réel, cliquez sur le bouton ci-dessous. Veuillez noter que ce faisant, des données seront partagées avec des providers tiers.

Plus d’informations

Récemment, il y a eu un cas intéressant où un patient n’a pas montré d’améliorations motrices au cours des 17 premières séances. Que s’est-il passé ?

Christoph Guger : Cet homme de 53 ans a subi un accident vasculaire cérébral 11 mois avant de commencer la rééducation motrice recoveriX au gymnase recoveriX de Schiedlberg, en Autriche. Il vivait avec une hémiplégie du côté droit due à l’AVC. Il a suivi 25 séances d’entraînement recoveriX, au cours desquelles on lui a demandé d’imaginer un mouvement de la main gauche ou droite (imagerie motrice). Au cours des 17 premières séances d’entraînement recoveriX, il n’a pas du tout été capable de faire le test de la cheville à 9 trous. Le test de la cheville à 9 trous est un test courant de la fonction motrice où le patient doit placer 9 petits bâtons dans certaines positions avec la main gauche et aussi avec la main droite. Le temps est mesuré pour chaque main. Lors de la séance 18, il a pu effectuer le test pour la première fois, et il lui a fallu 10:22 minutes. C’est un temps très long, mais cela montre aussi qu’il était vraiment motivé pour le faire. Cela montre aussi que le patient n’a pas abandonné malgré l’absence d’amélioration visible de la fonction motrice au début.

Pourquoi cette amélioration ne s’est-elle pas produite plus tôt ?

Christoph Guger : Ce patient avait un tremblement et une spasticité sur la main droite affectée. Nous avons eu besoin des 17 premières séances pour réduire la spasticité et le tremblement. Ensuite, ses capacités motrices se sont améliorées très rapidement. Nous avons observé ce phénomène avec d’autres patients : D’abord, les patients se débarrassent de la spasticité et des tremblements, et seulement ensuite les fonctions motrices commencent à s’améliorer.

Comment avez-vous mesuré la réduction des tremblements et de la spasticité ?

Christoph Guger : Nous avons utilisé l’échelle de tremblement de Fahn, où les patients doivent dessiner des lignes et des cercles. Elle est utilisée pour évaluer les tremblements. Nous avons également utilisé l’échelle d’Ashworth modifiée pour la main et pour le poignet afin d’évaluer la spasticité. Les deux tests ont montré une amélioration grâce à la formation recoveriX.

1ère session de recoveriX 25ème session de recoveriX 
Évaluation du tremblement de Fahn 4 points 3 points
Échelle d’Ashworth modifiée pour le poignet 2 points 1 point
Échelle d’Ashworth modifiée pour la main 1,5 points 1 point

Comment savez-vous si un patient s’améliore dans ses activités quotidiennes ?

Christoph Guger : Nous utilisons l’indice de Barthel (BI) pour évaluer la capacité de chaque sujet à effectuer des activités quotidiennes. Ce score évalue l’indépendance de chaque sujet en ce qui concerne l’alimentation, le bain, la toilette, l’habillage, l’utilisation des toilettes et la mobilité. Le thérapeute demande au sujet dans quelle mesure il accomplit ces activités – s’il est totalement dépendant et a besoin d’aide, s’il a besoin d’une aide modérée ou s’il est totalement indépendant. L’amélioration du score de l’indice BI du sujet indique une plus grande indépendance après l’entraînement à la recoveriX formation.

1ère session de recoveriX 25ème session de recoveriX 
Indice de Barthel 90 points 95 points

Vous utilisez l’échelle de Fugl-Meyer pour décrire les améliorations motrices. Quel était l’état du patient selon l’échelle de Fugl-Meyer ?

Christoph Guger : L’échelle de Fugl-Meyer a été utilisée pour tester les extrémités supérieures et inférieures. Nous nous sommes concentrés sur l’extrémité supérieure du patient. Il a commencé avec 25 points sur 66 (maximum). Après 25 séances d’entraînement, le patient a atteint 46 points, ce qui représente une amélioration de 21 points. Chaque séance de recoveriX dure 40 minutes, de sorte que l’entraînement du patient a duré 16 heures au total. Il s’agit d’une amélioration considérable et spectaculaire après seulement 16 heures de formation. Le patient était également dans un état chronique 11 mois après l’AVC. À ce stade, les patients cessent souvent de s’améliorer avec les thérapies physiques standard.

Que signifie réellement une amélioration de 21 points ? Comment pouvez-vous l’évaluer ?

Christoph Guger : Nous enregistrons des vidéos de nos patients pendant qu’ils effectuent les tests. Une amélioration de 21 points signifie que le patient pouvait faire pivoter sa main droite d’environ 90 degrés avant le traitement et de 180 degrés après le recoveriX. Avant le traitement, le patient pouvait lever la main droite et toucher le nez, mais le mouvement était lent et irrégulier.

Klaus Brandstetter 9HolePegTest recoverix.com

Created with GIMP

Qu’avez-vous constaté dans la précision du BCI pour ce patient ?

Christoph Guger : Le patient a commencé avec une précision d’environ 65 %, puis les performances ont augmenté rapidement. Dans la session 7, elle était de presque 100 %. Sa précision dans la plupart des sessions suivantes était supérieure à 95 %, et il a même atteint une performance de 100 % dans quelques sessions recoveriX. Nous avons également fait une étude avec des contrôles sains, et notre précision moyenne pour eux est d’environ 80 %. Cela signifie que le patient a fait beaucoup mieux que la plupart des personnes en bonne santé. Cela peut s’expliquer par la grande motivation des patients et aussi par notre approche unique de recoveriX, qui combine l’imagerie motrice du patient avec le retour d’information de l’avatar et la stimulation par électrodes fonctionnelles des muscles qui produisent le mouvement et la sensation. En outre, tous nos patients sont désireux d’atteindre une précision de 100 % lors de chaque séance de recoveriX. Les patients sont même contrariés s’ils n’y parviennent pas.

accurancy rate recoverix.com

Quelles améliorations avez-vous constatées dans les données EEG ?

Christoph Guger : Nous avons calculé ce qu’on appelle des cartes ERD qui montrent l’activation du cortex sensorimoteur gauche et droit. Grâce à l’entraînement recoveriX, nous avons pu constater une activation beaucoup plus importante à la fin de l’entraînement recoveriX. Cela nous montre que le cerveau s’est adapté et a réappris à bouger au cours des 5000 répétitions de la tâche de mouvement sur 25 sessions.

Vous avez mentionné que vous faites de la stimulation électrique fonctionnelle ? Pouvez-vous expliquer ce que c’est ?

Christoph Guger : Nous plaçons des électrodes de stimulation recoveriX sur la peau, juste au-dessus des muscles qui sont responsables du soulèvement de la main droite et de la main gauche. Ensuite, nous appliquons un courant électrique de faible amplitude de manière à ce que les doigts et la main soient complètement soulevés pendant la stimulation. C’est ce qu’on appelle la dorsiflexion. Cela a trois effets très importants : (i) la main paralysée recommence à bouger, ce que les patients apprécient beaucoup, (ii) la spasticité musculaire est réduite car les muscles sont activés, et (iii) le patient sent que sa main bouge, ce qui active le cortex sensorimoteur. Pendant la stimulation, il est important de ne pas appliquer trop de courant car cela pourrait faire mal, mais l’appareil dispose de plusieurs mesures de sécurité pour contrôler le courant. Les patients signalent que la stimulation de la main est agréable et, bien sûr, qu’elle bouge. Lorsque ses fonctions motrices ont été testées avec l’évaluation de Fugl-Meyer après avoir terminé la thérapie recoveriX, le thérapeute a signalé une amélioration de 46 points au total.